Zarathoustra, cependant, regardait le peuple et s’étonnait. Puis il dit : L’homme est une corde tendue entre la bête et le Surhomme, – une corde sur l’abîme. Il est dangereux de passer de l’autre côté, dangereux de rester en route, dangereux de regarder en arrière. Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin.
"Ainsi parlait Zarathoustra", Friedrich Nietzsche.
 
Petites chroniques politiques, photographiques et voyageuses.


Bonjour Anonyme !
Connectez vous pour écrire des articles ou des commentaires.



Articles
26
1
1
2
2
3
5
5
4
1
2
Thèmes
26
2
3
4
17
Sujets
07/2018 - (0)
07/2017 - (0)
12/2016 - (0)
08/2016 - (0)
09/2015 - (0)
05/2015 - (0)
07/2014 - (0)
05/2014 - (0)
03/2014 - (1)
11/2013 - (0)
05/2013 - (0)
04/2013 - (0)
03/2013 - (0)
01/2013 - (0)
12/2012 - (0)
09/2012 - (1)
07/2012 - (0)
04/2012 - (0)
01/2012 - (0)
11/2011 - (0)
11/2011 - (0)
04/2011 - (0)
04/2011 - (0)
02/2009 - (0)
04/2007 - (0)
04/2007 - (0)

Liens
Contact Ecrivez moi Send me a mail

Site développé par
12/juill/2018 - Admin - Baléares 2018

 

Nous (Maryse et Jacques) sommes de retour d'un périple aux Baléares sur Aventura, un Sun Odyssée 36.
Partis le 17 Mai de Toulon, nous avons choisi pour l'aller de limiter les nuits de navigation et avons donc fait le tour du Golfe du Lion jusqu'a Barcelone.
Quelques étapes intéressantes ont marquées cette premiere partie : Le port de Portmiou -pour une fois qu'on ne va pas sur un coffre (une bouée)-, Port Camargue - gigantesque marina, la plus grande d'Europe ou on a eu un tres bon accueil et ou on a pu emprunté des velos pour faire les courses-, Sete -étape agréable dans ce port de pèche traditionel- et enfin Cadaquès/Portaligatt -visite de la maison de Dali et dégustation d'encornets sur la plage-.
Nous passons alors quelques jours a Barcelone, trés belle ville qui mérite vraiment la visite.
Enfin, nous faisons notre premiére traversée vers Majorque, arrivée a Pollença aprés une nuit assez difficile - mer assez forte au départ, pétole au milieu avec panne de la batterie moteur ! et dernieres heures de la traversée dans un orage qui génére des rafales de face a plus de 25 noeuds-.
Aprés Pollença, un belle étape a Puerto Soller - avec rando dans Ta tramontana et super parrillada de poisson- puis mouillage a la Cala Portals Vells et enfin au port a Palma.
Apres quelques jours de tourisme a Palma, nous retrouvons deux bateaux amis dans une calanque au sud de Majorque et descendons ensemble vers Ibizza. Premier mouillage a Portinatx ou la fete commence -béton et dance floor sur la plage pour jeunes allemand(e)s en vacance-, pas vraiment fun malgré le cadre idylique.
Nous partons alors pour Formentera ou en l'absence de bons mouillage et suite aux conseils d'un plaisancier de rencontre, nous allons mouiller a Espalmador, superbe petite ile protégée a 250 metres au nord des rochers de Formentera. Nous passerons 2 nuits sur un coffre -gratuit et libre d'accées jusqu'a fin juin-.
Bon maintenant il nous faut aller visiter Ibizza (la ville), le port est inacessible a cette époque pour des petits bateaux (moins de 20 metres) et nous allons donc au port de Santa Eulalia d'ou nous pouvons aller a Ibizza en bus. Ibizza, c'est un peu comme Capri : viste indispensable mais une fois dans sa vie suffit. A noter malgre tout la vieille ville dans les remparts, assez jolie et vide en ce début d'aprés midi - les "before pour teufeurs" n'ouvrent qu'a 22heures!-.
Aprés quelques mouillages dans des criques autrefois magnifiques mais hyper bétonnées et trés bruyantes, nous allons mouiller sur l'Ile de Cabrera, véritable bijoux avec un nombre limité de coffres, coffre qu'il faut réserver sur Internet quelques jours avant.
Retour a Majorque avec quelques mouillages sur la cote est puis traversée vers Minorque, Cala Santa Galdana et enfin Mahon que nous atteignons aprés une navigation courte mais musclée - plus de 25 noeuds d'abord arriere puis de face, l'entrée trés profonde de Mahon permet l'affalage dans de meilleures conditions au moins de mer, le vent de secteur nord rentre quand même par rafales.
Quelques jours de repos et de visites a Mahon -Ciutadella, sites préhistorique, rando sur le chemin cotier...- puis la grande traversée retour vers Toulon en fait Poquerolles que nous atteignons aprés 48 heures de navigation.
En résumé, une excellente destination que nous ne pouvons que conseiller.
Pour les détails concernant les ports et mouillages et les conditions de navigation, merci de nous contactez.
Photos sur www.flickr.com



10/juill/2017 - Admin - Toulon a Malte via Amalfi, Iles Eoliennes, Messine

 

Il est temps de faire le bilan de l'escapade de Maryse et Jacques, nos 2 jeunes aventuriers sur leur voilier Aventura.
-Tout d'abord, la navigation : 1577 Miles nautiques (prés de 3000kms) en 45 jours au départ de Toulon, une destination finale a Malte et un retour a Toulon avec malheureusement plus de 50% de navigation au moteur.
A noter quelques heures de (petite) galere, avant Bonifacio a l'aller ou l'on a fait 5 heures de pres avec un vent de face >20 noeuds et une mer trés désagréble puis au retour au large de Propriano, quelques méchants grains qui nous ont amenés du vent de 30 noeuds et trés vite une mer formée.
-Le bilan touristique est riche :
Visite des Iles Maddalena/Caprera, premiere et trés chaleureuse étape en Italie.
Passage a Ischia, petite soeur de Capri qui court aprés sa notoriete, intéressant malgré tout.
Etape de 5 jours a Amalfi (magnifique citée) pendant laquelle nous avons rayonné en bus vers Ravello, Salerne et fait l'incontournable excursion en promène couillon a Capri (un peu décevant mais a voir) et Positano.
Stop a Agropoli pour la visite du site archéologique de Pestum puis direction Tropea (a recommander).
Puis tour des Iles Eoliennes : Mouillage et baignade au pied du Stromboli avant d'aller comtempler (a 3h du matin et a 1 mile au nord ouest de l'Ile) les gerbes de feu qui sortent de la bouche du volcan toutes les 10 minutes. Visite de Lipari (trés sympathique) puis mouillage et baignade a Vulcano.
Direction le détroit de Messine, passé a la voile et ou l'on a la chance de voir des pécheurs a l'espadon traditionnels en péche.
Nuit (tres agitée) au mouillage a Taormina (lieu du dernier G8 une semaine avant notre passage) avant d'aller mouiller dans la baie de Syracuse (magnifique, un de nos plus beaux souvenirs).
Direction Malte ou nous passons 2 jours a visiter La Valetta et Vittoriosa; nous ne retourneront pas en vacance a Malte mais sommes trés heureux d'avoir vu ce lieu chargé d'histoire et a l'architecture militaire impressionante.
Enfin, retour avec quelques bonnes étapes en Sicile et la Sardaigne (Sciacca, Marsala, Arbatrax et Maddalena a nouveau).
-Le bilan technique lui est mitigé : fuite d'eau a la pompe d'eau de mer, ventilateur de cale en panne, sondeur en panne sans compter une bouée d'orin perdue, détachée par un équipage allemand qui s'est pris les pieds (la quille) dedans a Stromboli!
-Enfin, le bilan lipide (Euh... liquide) : Ont été consommés par nos 2 navigateurs (quelquefois aidés par des marins de rencontre) 10 litres de rosé de provence, 5 litre de rouge de provence, une douzaine de bouteilles de vin locaux (Vermentino, Nero d'avola, Sciacca...), une bouteille de limoncello, une bouteille de pastis et un fond de rhum... sans compter prés de 180 litrs de Gaz Oil pour assouvir la soif du moteur.
A trés bientot pour de nouvelles aventures.
Quelques photos



17/dec/2016 - Admin - La Réunion au Cap de Bonne Espérance

De L'Ile de la Réunion au Cap de Bonne espérance (SA) via Richard's Town (SA),
Durban, East london, Mossel Bay, Simon's Town.
2400 MN sur KouskEol (un Centurion 45S),
Ou
Voyage au pays merveilleux des vagues scélérates.

Au Port, sur l'Ile de la Réunion, c'est l'effervescence, une dizaine de voiliers sont sur le départ pour rejoindre l'Atlantique via le Cap de Bonne Espérance. C'est en effet le passage obligatoire pour les "tours du mondistes" qui ne veulent pas rebrousser chemin vers Panama et qui ne peuvent pas passer par le Golf d'Aden pour cause de pirates.
La tension monte de jour en jour alors que les préparatifs se terminent, la période est la plus propice : c'est le début de l'été austral et il faut partir de la Réunion avant la saison des pluies et des cyclones.
Cette navigation est considérée comme la plus difficile pour un tour du monde classique - par Panama- et les équipages - dont quelques-uns sont très angoissés- partagent infos météo, stratégies voir communications de leur routeur pour certains.

La difficulté est double pour rejoindre l'Afrique du Sud :le sud de Madagascar - qu'il faut passer a plus de 100 milles nautiques de l'Ile - et la traversée du courant des aiguilles sachant qu'il y a une perturbation - disons une tempête - tous les 3 jours, que la fenêtre météo a peu près fiable est de 3 à 4 jours et qu'il faut 10 a 14 jours pour traverser!
Ceci relativise l'intérêt des conseils des routeurs que certains paient jusqu’à 500 voire 1000 euros pour savoir à quel moment partir.

Nous partons le 7 Novembre vers 13h, avec la pétole ! Un peu de moteur pour se dégager de l'Ile puis 3 jours de navigation agréable. On "touche" alors le premier coup de vent : 30 nœuds de vent 3/4 arrière avec des rafales a 35/40 Nœuds et des vagues de 4 à 6 mètres. Deux jours de ce régime rendent la vie difficile à bord, on passe beaucoup de temps à l'intérieur, on dort très peu et on mange les biscuits que l'on attrape au vol.

Après un peu de répit, on rentre à nouveau dans une perturbation, mêmes conditions de vent et de mer mais cette fois ci vent et mer viennent du 1/4 avant et nous imposent une allure de "bon plein", ça devient l'enfer à l'extérieur du bateau ou le cockpit est régulièrement et généreusement douché et à l'intérieur ou nous subissons les coups de bélier d'une vague sur 4, on a l'impression que le bateau va exploser.

A environ 200 miles de Durban, qui est notre objectif, nous prenons une météo - fichier Grib récupéré avec le téléphone satellite - et constatons que la dépression prévue progresse plus vite que prévue et se renforce. Nous allons avoir 25 a 30 nœuds de sud-ouest au moment de traverser le courant des aiguilles. C'est cette occurrence - vent contrecourant - qui lève une mer dantesque et que personne n'a envie d'affronter.

Nous prenons la décision de nous dérouter vers Richard's Bay ce qui nous fait gagner une centaine de miles et nous fais passer le courant plus au nord là ou il est moins actif.

Le 17 Novembre nous arrivons à Richard's Bay et commençons à planifier la descente le long de la côte sud-africaine vers le Cap de Bonne Espérance. Cette partie de notre navigation va être également très "challenging", en effet, nous devons descendre avec le courant des aiguilles - en suivant la ligne de sonde des 200 mètres - avec la menace d'une dépression tous les 2 à 3 jours, et donc un fort vent de sud-ouest contre le courant. C'est au large de Port Elizabeth - la ou le courant est le plus fort - que l'on mesure de temps en temps des vagues scélérates de 18 à 20 mètres

Une difficulté supplémentaire est le manque d'abris sur la côte avec des distances entre abris qui peuvent atteindre 250 miles nautiques (plus de 450 kms). Il faut donc partir dès que la dépression courante est en train de "mollir" quitte à se faire un peu secouer et foncer vers l'abri suivant!

Le 5 décembre, nous passons le Cap des Aiguilles qui nous permet de quitter l'Océan Indien et de retrouver l'Atlantique puis nous dirigeons vers le Cap de Bonne Espérance.

Nous arrivons le 6 décembre à la marina de Simons's Town - sur le cap - dernière étape de cette navigation dont nous garderons un souvenir ému.

Pour beaucoup de détails et d'anecdotes sur ce périple, allez lire KouskEol le passionnant blog de Claude.



22/aout/2016 - Admin - Italie Mai-Juin 2016

 

Mai/Juin 2016 : plus de 1000 miles le long de la cote Italienne depuis Toulon jusqu’à Naples, en couple sur Aventura, un Sun Odyssey 36 perf.
Détails et photos


17/sept/2015 - Admin - Route du Jasmin 2015

Après avoir emmené des centaines de voiliers sur plus de 20 ans vers la Tunisie, l'organisation de la Route du Jasmin modifie son programme 2015 pour des raisons de sécurité et choisi comme destination la Marina de Ragusa en Sicile. Tous les participants regrettent la Tunisie et la gentillesse de ses habitants mais partent avec enthousiasme vers la Sicile.

La première étape est l'Ile d'Asinara a l’extrême nord-ouest de la Sardaigne. Un coin magnifique d'ou nous partons vers la cote ouest par le passage Fornelli.
Aprés une pause a Carloforte, sur l'Ile San Pietro au plein sud de la Sardaigne nous nous dirigeons vers Villasimius un mouillage juste derrière le Cap Carbonara, tous les poètes clients chez Barilla en ont rêvés !
Cap vers la Sicile : direction Marsala, c'est pas le meilleur plan de ce rallye. Le port est triste, a 30mn d'une ville sans caractère et la moitie des bateaux sont mouillés culs a quai faute de pendilles. Après une journée assez éprouvante passé a protéger Aventura d'un vent de face de 25/30 nœuds et après dérapage sur un fond d'herbe, nous partons profiter d'une place avec pendille qui venait d’être libérée.
Un peu de repos et nous voila partis vers la Marina de Ragusa. Une marina tres moderne, un peu foide mais point de départ vers un des cœurs historique de la Sicile : Ragusa  Ibla. C'est une trés belle ville de style baroque reconstruite vers 1690 aprés un tremblement de terre.

On en profite aussi pour aller visiter la Punta Secca, une trés jolie cote avec son phare, sa plage, ses paillotes et .... la maison du commissaire Montalbano.

Retour vers l'ouest, direction Trapani, trés belle escale au nord-ouest de la Sicile.

Ensuite, traversée vers la Sardaigne vers Porto Corallo (escale qu'on peut oublier mais qui a l'avantage du calme et d'une station gazoil) puis remontée de la Sardaigne par Arbatax, Ottiolou, Isola de Cavalli.
A noter une belle excursion en "train vert" vers le centre montagneux de la Sardaigne a partir d'Arbatax; A faire.

Enfin retour vers la cote Française via Figari et une belle traversée de Corse, bon plein avec un vent stable de 12/14 nœuds : du bonheur.

Voir les photos